Suivi du développement International d’Avai [Partie 2]

Posted by
|

Afin d’effectuer un certain suivi dans les initiatives présentées, cette semaine, j’ai pris contact avec Misaki Tsuruta, responsable du développement international d’Avai (club de série A Brésilienne), pour connaître l’évolution de ses projets présentés lors d’un article au mois de Juillet qui peut être consulté ici pour une meilleure compréhension.

Avai fera également l’objet d’un article la semaine prochaine, mais lors de cette deuxième partie, je me concentrerai plus sur des actions marketing du club.

La situation du club à la fin du Brasileirão 2011

Avant d’entrer en détails sur le travail de Misaki, il convient d’évoquer brièvement la situation sportive du club.

Avai se trouve actuellement en zone de relégation, alors qu’il lui reste 5 matchs. Le club va devoir lutter avec des clubs tels que Cruzeiro ou l’Atletico Paranense qui sont des structures plus établies et disposant de moyens plus importants qu’Avai.

Cependant, malgré la spirale sportive négative, Misaki continue d’avancer sur les 4 domaines que nous avions vus au mois de Juillet.

Pour rappel, ses domaines de travail sont:

1. La Construction d’un musée sportif et d’un stade d’entrainement

2. Les stages de perfectionnement pour les jeunes joueurs étrangers

3. Le développement d’un réseau avec des clubs étrangers

4. La notoriété du club à l’international

La construction d’un musée sportif et d’un stade d’entrainement

Concernant le musée, Avai dispose déjà d’un espace « memorial do clube » avec des trophées, mais cet espace sert uniquement à conserver des objets historiques et ne permet pas de raconter l’histoire du club de façon interactive.

Afin d’en savoir plus sur les musées sportifs, Misaki et un architecte du club sont partis à Sao Paulo, dans l’optique de trouver des voies de développement pour construire un musée qui permette à la fois de raconter l’histoire du club et d’établir une connexion forte avec les supporters. Le club dispose déjà d’un espace physique : il se situe dans le stade d’Avai au-dessus de la zone VIP, il offre 900m2 sur 2 étages.

Côté organisationnel, le Musée fera partie de l’institution caritative d’Avai. Cette association travaille notamment pour l’intégration sociale par le football (organisation de la coupe Avai avec les différents clubs de la région, visites d’hôpitaux avec les joueurs.).

Grâce à ce procédé, le musée pourra être reconnu comme un projet culturel et social à part entière, ce qui permettra à Avai d’obtenir l’aide d’entreprises, avec l’attribution de 6% de leurs taxes à ce projet.

L’objectif d’Avai est de rendre le musée  totalement indépendant des résultats sportifs et financiers, afin que celui-ci puisse être maintenu sur 30/40 ans, quoi qu’il arrive au club.

Pour réaliser le musée, Avai s’est rapproché d’une agence locale spécialisée dans la conception de musées. Conjointement ils ont établi un planning sur 3-4 ans en 4 étapes :

  1. Identifier, recenser et classer tous les objets disponibles : Grace à cette étape, le club et l’agence vont pouvoir choisir les objets et définir les conditions d’utilisation de ces objets.
  2. Définir le concept et les thèmes du musée : l’objectif ici est de garantir l’attrait du musée sur le long terme. Misaki et l’équipe responsable du projet envisagent d’ailleurs d’intégrer les différents clubs de Florianópolis et de la région.
  3. Obtenir le permis de construire et rechercher des sponsors : Pour cette étape Misaki a identifié les différentes lois en rapport avec le projet, tant pour le respect des normes de construction, que pour faciliter l’obtention de financements externes.
  4. Construire le musée et le viabiliser : Une fois le permis de construire et les financements obtenus, Misaki estime qu’un délai d’un an est nécessaire pour la construction. Un musée disponible pour la coupe du monde 2014 serait idéal, mais l’objectif principal est de viabiliser ce projet à long terme[1].

Pour le centre d’entrainement, deux options se présentent à Avai :

  • soit le club passe par la loi « lei de incentivo ao Esporte », et dans ce cas, pour que la construction commence, Avai devra  disposer de 40% des 3,8 Millions d’euros nécessaires, grâce à des partenariats, avant la date limite de Décembre 2012.
  • soit indépendamment de la loi, par des financements privés. Avec sa nomination en tant que « base camp » pour la coupe du monde 2014, Florianópolis suscite un très fort intérêt du secteur privé. De plus, la ville dispose d’un aéroport international et l’état de Santa Catarina a été élu meilleur lieu touristique du Brésil il y a 2/3 mois[2]. Cependant, la ville souffre d’un manque d’infrastructures proches de l’aéroport, ce qui donne à Avai une opportunité très importante, puisque ses terrains d’entrainement sont situés à quelques minutes de l’aéroport.

Avai travaille également sur la rénovation de son stade et réfléchit à un financement pour continuer son agrandissement commencé en 2009.

Espace VIP d'Avai FC

Le développement à l’international d’Avai

Misaki m’a expliqué que plusieurs plans d’action sont mis en œuvre en Asie, en Australie, en Scandinavie et aux Etats Unis, et c’est dans ce dernier pays que ses efforts sont focalisés.

Comment ?

Misaki va se déplacer 2 semaines aux USA, lors du mois de décembre. Il va rencontrer différents acteurs du programme de développement de la fédération américaine « l’US Soccer Developpement Academy » dans lequel participent des clubs majeurs de la MLS (Chicago Fire, Houston Dynamo, FC Dallas etc.), des clubs formateurs ; et également des universités américaines qui font elles parties de la ligue universitaire de football (NCAA 1, 2 et 3). Avec ce voyage, il souhaite promouvoir à la fois les stages proposés par Avai, et établir des partenariats d’échanges avec différents clubs.

Concernant les stages, Misaki compte proposer aux jeunes joueurs américains de perfectionner leur formation au sein du programme d’Avai et ce, en vue de mettre toutes les chances de leur côté pour passer les tests de club de la MLS ou obtenir une bourse d’études au sein d’une université.

Ces jeunes joueurs pourront jauger leur niveau face à celui de jeunes brésiliens, et travailler des aspects non approfondis aux Etats-Unis.

En effet, aux Etats-Unis, la qualité physique est beaucoup plus travaillée au détriment de certaines qualités techniques et d’analyse.

A la fin de ces stages, les jeunes joueurs étrangers réalisent des mini-matchs avec des joueurs d’Avai, ce qui permet aux éducateurs d’évaluer avec précision la performance de ces jeunes et de les comparer sur les mêmes critères que ceux appliqués aux jeunes joueurs brésiliens.

Grâce à ce voyage, Misaki va pouvoir connaître exactement les niveaux requis selon les clubs ou les universités et ainsi proposer des joueurs passés en stage à ces universités et aux différents clubs. Les athlètes les plus jeunes (jusqu’à 17 ans) seront dirigés vers des clubs membres de l’US Soccer Developpement Academy et les plus âgés (18-19 ans) vers les équipes universitaires et des clubs professionnels[3].

Pour les alliances avec les équipes professionnelles américaines, celles-ci se réalisent sur divers aspects:

  • la réception d’équipes américaines pour les stages d’avant saison ;
  • le perfectionnement de la formation de joueurs brésiliens, notamment sur l’aspect physique puisque les États-Unis font figure de référence en la matière ;
  • le partage et les échanges de connaissances sur des méthodes d’entrainement avec la venue de professionnels américains.

Misaki part du principe que chaque pays dispose d’une expertise dans un domaine et qu’il est toujours bénéfique d’échanger avec d’autres équipes afin de s’inspirer de certaines pratiques et de les adapter à la réalité de chacun.

Pour l’Europe, les priorités de Misaki sont les pays scandinaves, le Portugal, la Belgique, qui sont plus à même d’être intéressés par les joueurs d’Avai. Il espère également, dans le cadre de l’échange avec l’équipe Italienne, recevoir un joueur Italien, et à partir du 2e semestre 2012, avancer sur des contacts avec des clubs Français qui font figure de référence en matière de formation comme Nantes, Sochaux ou encore Nice. Cependant, cela implique la définition d’une stratégie solide, et d’une connaissance parfaite des particularités françaises et organisationnelles.

Enfin, dans le cadre de ses relations avec les médias japonais, il continue d’envoyer des résumés de matchs à différents sites, et travaille sur une action en hommage aux victimes du Tsunami de Fukushima. A partir du mois de Février 2012, nous devrions en savoir plus.

Qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous d’autres exemples de développement à l’international ?

Réponse à la question de Maxime Hatton : Est-ce qu’Avai recrute des stagiaires ?

Misaki m’a confirmé que cette année, un étudiant Allemand avait effectué un stage de 6 mois, donc si vous êtes intéressés, vous pouvez le contacter par Linkedin.

Merci à Misaki

Vous pouvez consulter la première partie de cet article ici, ainsi que des photos du club ici



[1] Dans le cadre de la loi Juanes, le club devra superviser l’organisation du musée, et garantir un an après sa mise en place le bon fonctionnement.

[2] Source : Magazine « Viagem e Turismo » / Florianópolis fait partie de l’état de Santa Catarina

[3] Les limites d’âge pour les stages proposés par Avai sont 15-19 ans.

Avatar of %s

Maxence Karoutchi

Créateur de Sportbizinside, je suis passionné par les défis à l’international, le Rugby et l'industrie du Sport. Agent Sportif (FFR n°067) j’accompagne des sportifs professionnels dans la gestion de leur carrière sportive et de leur image.

More Posts - Website - Twitter

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin